LES ARTICLES

L'éditorial de Claude Lengrand - 1971

À propos du réalisme fantastique

« De quel droit, d'ailleurs,
dites-vous à un fait : va-t-en ? »
(Victor Hugo)

Depuis la création de notre section, certains adhérents de la M.J.C. ont dû se demander : « En quoi consiste cette activité ? », ou bien : « Qu'est-ce que le réalisme fantastique ? ». Cette appellation pos­sède le don d'intriguer, voire même d'irriter, si l'on ne se représente pas clairement ce qu'elle signifie. Nous allons tenter, de notre mieux, d'en donner une définition.

Précisons que cette expression ne fut pas forgée par nous, mais par Louis Pauwels, voici bientôt dix ans, et qu'elle désigne un nouveau courant de pensée concrétisé tout entier dans un livre remarqua­ble, fruit des méditations de cet excellent écrivain.

Réalisme fantastique. Néologisme ou pas ? Peu importe. Mais essayons plutôt de disséquer l'expres­sion. Dans l'indispensable Larousse, nous trouvons au mot réalisme : « disposition à voir la réalité telle qu'elle est et à agir en conséquence ». Et au mot fantastique : « créé par l'imagination, la fantai­sie » ; ou bien : « où domine le surnaturel » ; ou encore : « qui paraît irréel ».

Pour ce dernier mot nous rejetterons les deux premières définitions, qui se rapportent au genre littéraire (ou pictural) ainsi désigné, pour ne conserver que la dernière. Ainsi, nous pourrons essayer de définir réalisme fantastique par : disposition à voir la réalité telle qu'elle se dissimule dans des faits et des phénomènes en apparence irréels ou absurdes. Et pour être plus précis, nous ajouterons : ou que la science officielle nie ou explique de façon, erronée. Par extension, cette expression désignera également : l'étude de l'ensemble de ces faits et phénomènes en apparence irréels ou absurdes.

Pour nous faire mieux comprendre, nous allons donner deux exemples que nous avons choisis, à des­sein, très différents. Pour le premier, nous prendrons comme thème : la magie.

Par la voie officielle nous découvrirons que la magie est « l'ensemble de représentations et de moyens par lesquels l'homme se propose d'agir sur les choses et même sur les êtres, en mettant en jeu des puissances occultes qui peuvent être étrangères aux forces naturelles (fées, gnomes, esprits, génies, etc.) ou confondues avec elles.» (ALPHA Encyclopédie)

Cette explication simpliste fera s'esbaudir l'amateur d'occultisme qui sait bien que la magie ne s'apparente en rien aux exploits de la fée Carabosse. Cette science millénaire repose en effet sur le développement et la maîtrise des forces psychiques existant en tout être humain et la connaissance de lois naturelles méconnues ou parfois oubliées.

Le célèbre mage Papus en donna d'ailleurs la définition suivante : « la magie est l'application de la vo­lonté humaine dynamisée à l'évolution rapide des forces vivantes de la nature. ».

Rien de merveilleux dans tout cela. La magie ne doit rien au surnaturel car le surnaturel n’existe pas, sauf dans l'imagination de l'homme, bien entendu. En vérité, nous sommes tentés de croire que ce mot fut inventé pour désigner hypocritement la somme de nos ignorances.

Notre deuxième exemple est historique : il concerne une bataille célèbre de l'histoire de France, celle de Valmy.

Tout écolier sent vibrer sa fibre patriotique au récit de ce combat où, après un duel d'artillerie plus bruyant que meurtrier, les braves soldats de Kellermann provoquèrent la déroute des Prussiens du duc de Brunswick en criant simplement : « Vive la Nation ».

À bien réfléchir, cette victoire semble plutôt incompréhensible ; certes, l'historien sait bien que les troupes prussiennes, supérieures en nombre et en armement, devaient normalement écraser les nôtres. Alors... Il faut donc préciser que l'historien ignore (ou feint d'ignorer) ceci : le duc de Brunswick savait d'avance qu'il devait offrir ce triomphe au pouvoir révolutionnaire afin de lui permettre de relever son prestige militaire. Tout s'éclaire si nous ajoutons que le duc était le Grand Maître de l'Ordre de la Stricte Observance et que les relations fraternelles qu'il entretenait avec les Francs-Maçons jacobins exigeaient qu'il perde cette bataille (Cf. René Alleau, Les Sociétés secrètes, Ed. Planète).

Si maintenant le lecteur veut bien se donner la peine de méditer quelques minutes sur ces deux exemples, il pourra constater que les prétendues réalités qu'on lui a enseignées jusqu'ici portent des costumes qui ne leur vont guère et qui ressemblent fort à des déguisements. Il se rendra compte aussi que le "réaliste fantastique" fait preuve de beaucoup plus de logique et de bon sens que le « ra­tio­na­liste » car il a su se libérer du carcan des blocages mentaux de toutes sortes et renverser les tabous ancestraux qui exigent que l'on réfute tout ce qui n'a pas été pesé, analysé, décortiqué ou constaté sur papier timbré.

Malheureusement., il semble que, de tout temps, l'homme ait pris un malin plaisir à dissimuler les phénomènes qui le choquaient sous un épais manteau de mystères fumeux ou d'explications scientifiques saugrenues. En outre, depuis des siècles, nous subissons un conditionnement insidieux, généreusement dispensé par l'État et la religion. Et il s'avère très difficile de se glisser hors de cette enceinte faussement rassurante, car ses murs sont hauts et solides. Et puis, avouons-le sans honte, la majeure partie de l'humanité se complait en ce factice confort moral.

Cependant, à intervalles réguliers, des hommes "éveillés" et opiniâtres creusent une brèche et s'évadent. Il y a quelques années, nous avons pu assister à un phénomène exceptionnel, caractérisé par une prise de conscience très nette des réalités qui nous entourent et par un rejet catégorique des enseignements périmés ou mensongers -

Très modestement et avec des moyens encore bien faibles, nous avons décidé de nous joindre à ce mouvement de contestation intelligente, non violent, strictement apolitique, visant essentiellement à dégager des formes de pensées nouvelles et constructives.

Nous souhaitons accueillir tous ceux et toutes celles dont l'ouverture d'esprit est suffisante, qui se sentent libérés des blocages mentaux inhérents à l'instruction classique, qui désirent réapprendre, afin de se déconditionner, et enfin, ceci est important, qui estiment qu' une existence uniquement fondée sur le matérialisme ne constitue pas le but idéal à atteindre.

Ajoutons que nous ne recherchons pas des spectateurs, mais des participants, que nous n'organisons pas des réunions de salon mais des exposés suivis de débats et que chacun se doit de travailler un sujet, individuellement ou en groupe, selon ses compétences et ses aspirations et en faire profiter la communauté.

En dehors des séances de travail proprement dites, nous recevons des conférenciers spécialistes des questions qui nous passionnent. Ainsi, en un peu plus de cinq mois, nos membres ont pu entendre divers exposés traitant de la symbolique des nombres, de l'astrologie scientifique, de la Côte d'Azur insolite, du yoga occidental, etc. Nous leur avons également offert une sortie sur le terrain, à la pyramide de Falicon, haut lieu de l'ésotérisme de notre région.

Notre groupe a également organisé une exposition d'art fantastique consacrée à trois peintres azuréens, exposition suivie d'un montage audio-visuel et d'un débat. Fin février, la projection du très beau film d'amateur Eloha a servi de thème à une table ronde sur le problème des O.V.N.I.

Enfin, détail non négligeable, nos adhérents peuvent emprunter gratuitement les livres de notre bibliothèque spécialisée qui ne comporte que des titres concernant le « réalisme fantastique » et qui s'accroît régulièrement des toutes dernières parutions. Pour conclure, si notre activité semble correspondre à vos goûts et à vos tendances, si vous désirez connaître une forme nouvelle de loisirs et surtout si vous appartenez à la catégorie des personnes définie plus haut, venez nous voir. Nous vous invitons cordialement à notre prochaine réunion hebdomadaire.

À très bientôt,

Claude LENGRAND

© Les Cahiers du Chêne d’Or / Les Cahiers du Réalime Fantastique / Michel Moutet, 2013